SHARON NEEDLES : LES CONFESSIONS MUSICALES D’UNE DRAG QUEEN

Révélée aux États-Unis par le concours télévisuel "RuPaul’s Drag Race" - déclinaison connasse de "Project Runway" - Sharon Needles incarne la Drag Queen du 3ème millénaire. A la fois trash, attachante, arty et surtout très drôle, cette native de Pittsburgh élevée aux films d’horreur a réussi à renouveler le genre en l’emmenant bien au-delà des stéréotypes gay. Toute juste couronnée, la vénéneuse mais non moins sympathique Sharon Needles a accepté, en exclusivité pour les Tambours, de nous parler de ses goûts musicaux. (English text at the bottom of this page)


Avant de commencer, laissons Sharon se présenter...


L’INTERVIEW MUSIQUE

Ton personnage et tes performances laissent entrevoir une culture musicale passionnante. Quelle est la place de la musique dans ta vie ?
"Mes goûts musicaux sont aussi changeants que mon apparence. J’attache beaucoup d’importance à mon éducation musicale, ce qui, hélas, est loin d’être une généralité dans le milieu gay. La plupart des personnes avec qui je traine sont scotchées à leur iPod alors que moi, je suis plutôt branchée vinyles. J’en ai une bonne collection. Après la disparition de Donna Summer, j’ai beaucoup réécouté ses 1ers disques produits par Giorgio Moroder. Je suis une grande fan de disco, du moment que ce n’est pas américain. J’aime beaucoup Amanda Lear ou Cerrone par exemple. Mais ma musique préférée reste le punk de la fin des années 70, avec des groupes comme The Dictators, The Damned, The Sex Pistols et Jayne County. Ceci dit, j’écoute en boucle le dernier album de Britney Spears."

Comment définirais-tu ta culture musicale ?
"Quand j’ai commencé à m’intéresser à autre chose que ce qui passait la radio, je me suis mise à écouter beaucoup d’indus de la fin des années 80, début des années 90. Des groupes comme Ministry, My Life with the Thrill Kill Kult, Lords of Acid, Revolting Cocks… Après, j’ai un peu moins assumé mon côté goth ; je me suis alors tournée vers la scène glam rock : Iggy Pop, Suzi Quatro, The Runaways, Gary Glitter, T. Rex. Aujourd’hui, mes goûts vont de Frankie Lymon and the Teenagers à Justin Bieber."

Peut-on dire que la musique influence ton personnage ?
"Pas du tout. La musique que j’écoute dans la vie n’a pas vraiment sa place dans un show de drag queen. Mes consœurs te diraient qu’on ne peut pas danser dessus. Du coup je choisis des tubes pop vides de sens, auxquels j’apporte ma touche décalée."

Tu viens de débuter une grande tournée aux États-Unis. A quoi ressemblent tes shows ?
"A un homme qui se ridiculise dans des fringues de femmes ! (Rires). Plus sérieusement, je veux juste montrer à l’Amérique que les shows de travestis doivent redevenir fun. Selon moi, il n’y a que 3 situations dans lesquelles on peut réellement se comporter comme une diva : quand on a mal aux pieds, quand on n’a pas dormi, et quand on n’a pas mangé."

Et niveau musique ?
"Le show évolue tout le temps ; vous ne verrez jamais 2 fois la même performance. Musicalement, je choisis des titres qui sont familiers du public, et que je peux martyriser à l’envi. C’est l’essence même de mon spectacle."

As-tu déjà envisagé de produire ta propre musique ? C’est quelque chose qui t’intéresse ?
"J’ai déjà fait de la musique dans le passé, et je travaille sur un nouveau projet. Le succès étant une affaire de compromis, je me suis orientée vers des sons dancefloor. Ce n’est pas forcément la musique que je préfère, mais c’est un genre que l’on peut facilement manipuler et, au final, s’approprier. Je rêverais de jouer dans un groupe de punk, mais je suis une piètre baby-sitter… et je ne veux pas plus d’une personne bourrée dans mon groupe !"


Tu es montée sur scène avec les Scissor Sisters récemment. Que retiens-tu de cette expérience ?
"C’était une chance inouïe. J’ai beaucoup de respect pour ce qu’ils apportent à la culture gay et à la musique en général. J’aimerais collaborer avec toutes mes idoles, mais malheureusement, la plupart sont mortes."

Lady Gaga t’a soutenue personnellement pendant ta participation à "RuPaul’s Drag Race". Comment l’as-tu vécu ?
"Être adoubée par la drag queen la plus célèbre au monde est un honneur, mais c’était aussi une leçon d’humilité. Lady Gaga est une pop star désintéressée."

Dans quelles salles de concerts peut-on te croiser ?
"Avec ma tournée, je n’ai plus beaucoup de temps pour voir des concerts. Mais dès que je le peux, je vais voir les groupes punk et noisy de Pittsburgh, dont je suis originaire."

Peux-tu nous citer tes derniers coups de cœur musicaux ?
"J’ai découvert il y a peu le groupe Wednesday 13, des punks à l’esthétique "Halloween" qui ne se prennent pas trop au sérieux. Leur titre Miss Morgue me colle à la peau. Il y a aussi Dick Dale, à qui je dois la bande-son de tous mes barbecues."

Quelle est la chanson qui te représente le mieux ?
"Every Day is Halloween de Ministry."

Ta chanson Xanax ?
"Backwoods Barbie de Dolly Parton."

Une chanson pour faire l’amour ?
"Je n’aime pas écouter de la musique pendant le sexe. Pour la simple et bonne raison que je ne veux pas savoir combien de temps ça a duré. Il n’y a rien de plus gênant que de terminer son affaire et de s’apercevoir que l’on en est qu’à la moitié du 2ème titre d’un album. Je préfère les bruits de la ville."

Ton guilty pleasure ?
"Love You Like a Love Song de Selena Gomez"

Propos recueillis par Sebchen


LA PLAYLIST DE SHARON NEEDLES


VERSION ORIGINALE / ENGLISH TEXT

What is the place of music in your life ?
"My music taste is as versatile as my appearance. I take my music education very seriously, which unfortunately, I think is lacking in gay culture. Most of the gay guys I hang out with are attached to their iPods, but as for me, I’m attached to my vinyl collection. Due to Donna Summer’s unfortunate recent passing, I’ve been listening to all of her Giorgio Moroder produced early work. I’m a big fan of Disco, such as Amanda Lear and Cerrone, as long as it’s not American. I prefer late 1970’s American Punk Rock, like The Dictators, The Damned, The Sex Pistols, and Jayne County. No Tea No Shade, I can’t get enough of the new Britney Spears album."

What is your musical culture ? What kind of music do listen to ? Do you have any idols on the musical scene ?
"The first type of music I started listening to that was not spoon-fed to me by the music industry was late 1980’s and early 1990’s industrial. Bands like Ministry, My Life with the Thrill Kill Kult, Lords of Acid, and Revolting Cocks. Then I became slightly embarrassed of my goth roots, and started getting very interested in the Glam Rock scene. Such as Iggy Pop, Suzi Quatro, The Runaways, Gary Glitter, and T. Rex. My taste spans from Frankie Lymon and the Teenagers to Justin Bieber."

How does music influence your drag character ?
"Not at all. The music I prefer to listen to is what most queens would call unperformable. I perform to pop standards that have little or no meaning, and I give them a twisted twist."

You’re starting a tour in the US. What can we expect on stage ?
"You can expect an overrated adult male embarrassing himself in women’s clothing. Ha ha ha. Really just trying to show America that drag needs to be fun again. In my opinion, the only time you can be a Diva is if your feet hurt, you haven’t slept, or you haven’t eaten."

What will be the soundtrack of your shows & how did you chose the music ?
"The show is always changing and evolving. Never expect to see the same show. Any song that has a feeling of familiarity to the audience, that I can molest or brutalize, is what my shows are all about."

Have you ever thought of making your own music ? If yes, can you tell us about that ?
"Yes, I’ve made music in the past. I’m currently working on a music project. Success is all about compromise, so do expect some club bangers coming soon. Club music isn’t necessarily my favorite, but it’s a great genre to manipulate and make personal. I would love to be in a punk band, but I’m a terrible baby-sitter, and I only want one drunk in my band."

Can you tell us about your appearance at the Scissor Sisters’ show a few days ago ? Is this something you’d like to do again ? With which artists ?
"Working with the Scissor Sisters was a great opportunity. I think what they are doing for gay culture and music culture is the tops. I would love to work with all of my idols, but unfortunately most of them are dead."

Lady Gaga said she was one of your fan. How did it feel ?
"It was exciting and humbling to be endorsed by the world’s most famous drag queen. She’s a selfless pop star."

Do you go to gigs ? If yes, what is the last gig you saw ?
"Due to my heavy touring schedule, I unfortunately don’t get to as many shows as I would like, but my favorite shows to go to are my local hometown Pittsburgh punk shows and noise projects."

Some artists you discovered recently ?
"I recently discovered this band called Wednesday 13. A hokey Halloween punk band that doesn’t take themselves too seriously. Their song ’Miss Morgue’ is giving me everything I need. I also recently discovered Dick Dale , whom has been the soundtrack to every summer cookout."

If you were a song, what would it be ?
"I would be ’Everyday is Halloween’ by Ministry."

A song you listen to when you need to comfort yourself ?
"’Backwoods Barbie’ by Dolly Parton."

A song to make love on ?
"I don’t like to listen to music when I’m having sex. Because I don’t like to know how long it was. Nothing is more embarrassing than being done having sex, and only halfway through the second song of an album. I prefer the sounds of the city."

A "guilty pleasure" song ?
"’Love You Like a Love Song’ by Selena Gomez".

Interview by Sebchen



"Elles sont jolies tes mitaines en cuir..." - Il est minuit dans la loge de la Java et Robert Alfons regarde ma main. Je suis dans un état proche de l’Ohio pour commencer l’interview avec @Sebchen. Nous écoutons tous les deux TRST depuis des mois et on lui aura consacré pas moins de 4 articles sur les Tambours. Nous allumons le dictaphone et nous discutons Britney, Ace Of Base et culture queer avec lui...

Par Bioxid - J’ai pu découvrir Cargo en première partie du concert de Chateau Marmont en septembre dernier à la Maroquinerie. C’est après un véritable coup de cœur pour leur electropop expérimentale, que j’ai pu rencontré Marc et Fabien à l’occasion de leur dernier concert à l’Espace B. Embarquement immédiat sur leur vaisseau fantôme dark pop qui navigue dans les eaux troubles de la new wave au gré des courants chaud-froid synthétiques...

Par Bioxid - C’est lors de leur passage à Paris à l’occasion de leur tournée avec Morcheeba que j’ai pu rencontrer Joy et Wim du groupe Joy Wellboy. C’est à l’hôtel Amour autour d’un bon verre de vin que nous sommes revenu sur la production de leur premier album Yorokobi’s Mantra et que j’ai tenté d’en savoir plus sur ce duo bruxellois expatrié à Berlin...