UNE "MAGIC HOUR" AVEC LES SCISSOR SISTERS

Après le retour en 2011 de Britney, Gaga et autres popasses, mes deux seules attentes pop pour cette années étaient Madonna et Scissor Sisters. Si la reine mère a rempli mollement son contrat, le quatuor new-yorkais m’a carrément fait bander. Après un avant-goût au mois de janvier (Azealia Banks inside), les Scissor Sisters sortent en ce printemps leur nouvel opus qui contient les tubes "Keep Your Shoes", "Self Control", "Let’s Have Kiki" et "Fuck Yeah". Pour l’occasion, j’ai rencontré Del Marquis et Babydaddy et on a papoté Gaga, Sharon Needles et films trash.


La dernière fois qu’on vous a rencontré, vous faisiez la promotion de "Night Work". Vous nous aviez avoué que vous étiez sous pression pour écrire cet album après le succès de "Tah Dah". Quel était votre état d’esprit pour "Magic Hour" ?

Babydaddy : "On était beaucoup plus positif et on avait moins de pression. On voulait s’amuser en enregistrant cet album et on avait hâte d’être en tournée. La seule pression venait de nous même puisqu’on voulait un bon album."

Vos deux premiers albums étaient autoproduits, vous avez coécrit le troisième avec Stuart Price. Pour "Magic Hour", vous vous êtes beaucoup entouré. C’était un hasard ou vous vouliez vraiment vous ouvrir musicalement à d’autres artistes ?

Babydaddy : "On a toujours fait des collaborations et des coproductions. On voulait essayer de nouvelles choses. On pensait que ça pouvait améliorer le processus si on avait de nouvelles énergies et de nouvelles personnes."

Toutes ces nouvelles collaborations viennent d’horizons musicaux variés. Comment les avez vous choisi ? Pouvez-vous nous dire un mot sur chacun d’eux ?

Babydaddy : "On travaille généralement avec des artistes qu’on connait, des amis."
Alex Rihda de Boyz Noise ? "Alex est celui qui a collaboré le plus sur cet album avec 5 ou 6 titres. Jake était pote avec lui. C’est un gars très bien. Il a des goûts musicaux très funs. La musique qu’il fait avec Boyz Noise est assez agressive mais il adore le disco, la pop. Il a amené beaucoup de fun."
Azealia Banks ? "On a rencontré Azealia il y a trois ans, et même si on a l’impression qu’elle vient de commencer sa carrière, on l’a connu à ses tout débuts. On a eu le même manager pendant un moment. C’était interessant de travailler avec elle, d’essayer de nouvelles choses."
Pharrell Williams ? "Pharrell est un des seuls qu’on ne connaissait pas avant d’enregistrer Magic Hour. Une de nos amies, le producteur exécutif de l’album, a pensé que ça pourrait bien fonctionner entre nous. Elle a flairé le truc. On est vraiment fans de son travail donc c’était très naturel et fun."
Calvin Harris ? "Jake a travaillé avec lui sur le dernier album de Kylie Minogue, c’est comme ça qu’ils se sont rencontré. Après, on a tourné ensemble en Australie, dans le cadre d’un festival. Jake nous a présenté et on a discuté de l’album. Les titres étaient prêts à l’époque et on voulait de l’aide pour le peaufiner."

On dit souvent que vous avez ouvert la voie à Lady Gaga. Vous êtes d’accord avec ça ?

Del Marquis : "Je ne pense pas. Une des meilleures choses que tu peux faire quand tu fais de la musique c’est d’inspirer d’autres gens et je suis sûr que d’une certaine manière, on l’a inspiré aussi. Elle n’est pas une copie de ce qu’on fait mais une interprétation de ce qu’elle voit en nous comme groupe, aussi bien dans nos disques que dans nos concerts. Pareil pour nous qui étions inspirés par plusieurs artistes, nous ne sommes pas des copies mais plutôt une synthèse."

Racontez-nous les premières parties que vous avez faites pour elles.

Babydaddy : "C’était cool. C’était pour plusieurs dates aux US, pendant quelques semaines. Son public était jeune et ne connaissait pas forcément les Scissor Sisters, nous qui avons 8 années au compteur maintenant. Je pense qu’on a eu de nouveaux fans (rires). On était souvent sur Twitter après les concerts pour voir si on gagnait de nouveaux followers... C’était marrant. Les fans savent que c’était son choix de nous programmer en première partie, on espérait qu’ils écoutaient leur Mother Monster."

Que pensez-vous de la scène gay actuelle ? Vous pensez que toutes chansons mainstream qu’on entend aujourd’hui ("I Kissed A Girl", "Born This Way") sont juste gay friendly ? Vous pensez que la vraie culture queer à qui vous appartenez n’est plus aussi créative qu’elle l’était (David Bowie, Pet Shop Boys, Queen...) ?

Del Marquis : "Je ne pense pas que I Kissed A Girl soit une chanson gay. Je pense que les gens savent reconnaitre naturellement une chanson queer friendly, qui te parle vraiment. Je ne peux pas parler au nom de ces artistes, mais nous, nous n’avons pas envie de nous approprier une quelconque culture parce que c’était en vogue. Certains aiment bien le faire pour paraitre plus intéressants." Babydaddy : "Je ne sais pas si c’est bien ou pas, mais la culture gay a explosé hors du ghetto et je sais pas si c’est nécessaire ou pas que tout ça soit integré à la société. Tu peux être un mari, une épouse, un parent et être gay. Tu peux décider à quel niveau t’intégrer dans la population mainstream et c’est très bien, tout le monde doit avoir ce choix. Je pense que nous mêmes avons un pied dans la vie “normale”, où nous avons des amoureux, des amis, on sort le jour. On ne vit pas pour la nuit, tu sais."

Nous avons récemment interviewé Sharon Needles, qui nous a confié avoir fait votre première partie dernièrement. Parlez-nous de cette expérience !

Babydaddy : "Oh mon Dieu, la France aime Sharon Needles ! J’ai aimé le fait que quelqu’un de différent gagne RuPaul’s Drag Race. Sharon Needles ne représente pas le moule, le cliché des drag queens, mais sa propre invention. On l’adore parce que nous mêmes ne sommes pas forcément des "groupes rock and roll" mais nous avons créé notre propre vision de ce qu’on veut du rock and roll. Du rock glamour et flamboyant. Nous prenons notre délire très au sérieux ! (rires). Sharon Needles est géniale sur scène. C’est nous qui l’avons contactée. Elle a chanté Music Is The Victim avec nous sur scène. D’abord, elle a parlé d’elle même lors de la première partie, elle avait une masse de cheveux en rectangle, géniale. Elle a fait du stand up en gros, une improvisation éthylique."

Quelle est votre inspiration après des années de succès ?

Babydaddy : "C’est toujours bien d’être sur scène, ça nous inspire. Quand tu as de nouvelles chansons, un public, il y a toujours un plaisir à tourner. On fait plein de trucs à côté de Scissor Sisters, tu sais. On est constamment en recherche d’inspiration, on parle de musique, de livres, de jeux vidéos, de jardinage... Jake et moi avons adoré Kill List, un thriller anglais ultra flippant. On adore les films d’horreur, les films "weird". On discute toujours des derniers longs-métrages underground et même "overground" que tout le monde déteste. On aime les films stupides et je regarderai toujours des films de science-fiction, de bonne ou mauvaise qualité."

Del Marquis : "Y a un nouveau film qui s’appelle Piranhaconda c’est un Piranha et un Conda en images de synthèse avec Rachel Hunter qui y joue."

Babydaddy : "Oh trash ! On adore les films trash. A mon anniversaire, on est allé voir Piranha 3D. Du sang partout, des seins et des filles coupées en deux."

Del Marquis : "Et des bites qui flottent."

Le dernier concert auquel vous avez assisté ? Vos derniers coups de coeur musicaux ?

Babydaddy : "Je suis allé au concert de The Drums dernièrement ! J’aime bien les Drums. Sinon, j’adore le nouvel album de Santigold."

Qui va faire la première partie de votre tournée ?

Babydaddy : "Probablement Little Boots qu’on adore et Zebra Katz aussi."

Vous devriez ramener Little Boots en Europe. On l’adore en France !

Babydaddy : "Carrément. Mais elle est en train de finir son album, je ne sais pas si le timing est bon."

Vous êtes connus pour faire des concerts fous. Durant l’enregistrement de vos albums, vous pensez vos titres pour qu’ils soient taillés pour la scène ? A quoi doit-on s’attendre pour la prochaine tournée ?

Babydaddy : "On se demande parfois comment un tel titre va fonctionner en live mais on essaie de ne pas écrire des chansons pour un format particulier. On veut faire de bonnes pop songs et réfléchir ensuite comment les intégrer au live. Pour la prochaine tournée, il y aura du fun et des corps nus. Jake s’entraîne beaucoup en ce moment (rires). On va beaucoup danser aussi. Il y aura des chorégraphies"

Vous vous voyez comment dans 10 ans ?

Babydaddy : "On réalisera le film Scissor Sisters - The Movie !
Ana Matronic (de loin) : "On créera le parc d’attraction Scissor Sisters ! Move over Disneyland ! Scissor Sisters are coming !"

Un titre qui décrit le groupe ?

Jake (de loin) : "Girl Gone Wild de Madonna"

Un titre pour faire l’amour ?

Del Marquis : "Olivia Newton John - Magic"


LA SÉLECTION SCISSOR SISTERS

Propos recueillis par Monsieur Tambour et Sebchen



"Elles sont jolies tes mitaines en cuir..." - Il est minuit dans la loge de la Java et Robert Alfons regarde ma main. Je suis dans un état proche de l’Ohio pour commencer l’interview avec @Sebchen. Nous écoutons tous les deux TRST depuis des mois et on lui aura consacré pas moins de 4 articles sur les Tambours. Nous allumons le dictaphone et nous discutons Britney, Ace Of Base et culture queer avec lui...

Par Bioxid - J’ai pu découvrir Cargo en première partie du concert de Chateau Marmont en septembre dernier à la Maroquinerie. C’est après un véritable coup de cœur pour leur electropop expérimentale, que j’ai pu rencontré Marc et Fabien à l’occasion de leur dernier concert à l’Espace B. Embarquement immédiat sur leur vaisseau fantôme dark pop qui navigue dans les eaux troubles de la new wave au gré des courants chaud-froid synthétiques...

Par Bioxid - C’est lors de leur passage à Paris à l’occasion de leur tournée avec Morcheeba que j’ai pu rencontrer Joy et Wim du groupe Joy Wellboy. C’est à l’hôtel Amour autour d’un bon verre de vin que nous sommes revenu sur la production de leur premier album Yorokobi’s Mantra et que j’ai tenté d’en savoir plus sur ce duo bruxellois expatrié à Berlin...